04.07.2018: MONDIALISATION

La mondialisation a rendu notre univers plus petit, plus rapide, plus mobile et plus facile à traverser. Sans parler des distances réelles qui sont toujours les mêmes qu'il y a 1 000 ans, les changements au sein de la technologie de l'information, de la logistique et de l'ingénierie du trafic ont préparé les fondations de la mondialisation avec une rapidité saisissante. Le principe fondamental d'un monde interconnecté avec une répartition mondiale du travail mène à de nouvelles cohabitations et conciliations des obstacles culturels, politiques et autres.

Avec les flots de marchandises et les projets internationaux, le développement des marchés financiers entre en jeu: les entreprises de taille moyenne profitent de l'expérience des groupes d'ampleur internationale et l'on ne se fie plus seulement à une seule banque dans son propre pays, mais l'on recherche également d'autres solutions par le biais d'autres partenaires. La SUISSE BANK PLC a opté pour une clientèle internationale: ses clients se trouvent aussi bien en Amérique du Nord qu'en Europe, ainsi qu'en Asie et en Afrique. SUISSE BANK PLC a adapté ses offres pour la clientèle internationale qui recherche les avantages de la flexibilité et des privilèges fiscaux allant de paire avec la conservation absolue du secret.

Nous cherchons actuellement à établir des contacts commerciaux supplémentaires en direction de la Chine et l'Inde, étant donné que les deux pays les plus peuplés vont représenter ensemble, dans un laps de temps prévisible, env. 50 % de la puissance économique mondiale. Les chinois construisent des ponts, des autoroutes, des aéroports, des hôpitaux, des barrages, des pipelines, des raffineries et surtout des ports, alors que les États-Unis semblent agir de manière obsolète et dépassée au niveau de leur logistique interne. La République populaire de Chine est le plus grand prêteur du monde devant la banque mondiale, les USA sont l'un des plus grands emprunteurs dont le classement décroît et sur lesquels pèse la menace de l'insolvabilité.

La mondialisation s'est d'abord basée sur les efforts de rationalisation de l'économie exportative. Elle a toutefois engendré une demande locale croissante dans de nombreuses régions du globe: une classe moyenne ordonnée s'est formée avec une demande de très grande valeur concernant les articles de marque de haute qualité dans de nombreux pays. Divers pays émergents ont compris que l'investissement préalable dans les infrastructures et l'éducation était une condition à la stabilisation de la croissance et la prospérité. Le Brésil, l'Inde, la Chine, la Russie et l'Afrique du Sud sont les précurseurs d'un développement présentant un potentiel gigantesque pour la demande.

La demande s'étire de manière réciproque: tandis que la demande concernant l'électronique grand public, les chaussures et les jeux venant d'Asie augmente, la demande asiatique concernant les machines spécialisées, les poids lourds de haute qualité et les articles de marque de mode issus d'Europe s'accroît.

Ce "rapprochement" entre différents pays et régions et concernant différents systèmes, politiques, cultures et usages constitue l'un des effets positifs de la mondialisation. En effet, l'ensemble de la population s'enrichit et se trouve en meilleure santé. Pourtant, de grosses disparités régionales se font ressentir du fait qu'aucune relation n'existe entre la croissance économique et le progrès social régional: les habitants des villes portuaires ressentent un peu plus ces changements que les autres qui vivent à l'écart des importants flots de marchandises.

La dynamique de mondialisation indique que des coopérations naissent de la concurrence. À l'avenir, réussira celui qui se raccordera au réseau et recherchera également des intérêts parallèles par le biais de collaborations sans accord explicite. La réussite se tient dans la formulation d'offres qui ne correspondent pas à une production mais à une demande. Cela inclut, en particulier, le développement souverain de ses services conformément à son offre. Le monde se développe du "plus petit dénominateur commun" au "plus grand multiple commun".